Trottinette électrique : comment circuler, pourquoi s’assurer ?

Avec +129% de ventes entre 2017 et 2018*, la trottinette électrique est aujourd’hui le plus utilisé des NVEI (Nouveaux Véhicules Électriques Individuels).

Cette croissance fulgurante a fait émerger de nouveaux problèmes de sécurité liés à une absence de réglementation claire. Où pouvez-vous rouler avec une trottinette électrique ? Le port du casque est-il obligatoire pour tous ? A cela s’ajoute souvent un certain flou concernant l’assurance des trottinettes électriques. Est-elle obligatoire ? Que se passe-t-il si vous percutez un piéton avec votre trottinette électrique ou une trottinette électrique de location ? Dès la rentrée 2019, de nouvelles règles de circulation et de prévention s’appliqueront. Pour y voir plus clair, APRIL MOTO anticipe et vous aide à bien vous préparer.

La trottinette électrique entre dans le code de la route

Jusqu’à aujourd’hui, l’utilisation de la trottinette électrique n’était pas clairement réglementée. Vous pouviez par exemple circuler sur les trottoirs à condition de ne pas dépasser la vitesse de 6 km/h, soit celle d’un piéton. Mais leur vitesse réelle est souvent plus élevée et leur nombre croissant - notamment sur les trottoirs - peut être source de danger pour vous comme pour les piétons que vous croisez. Afin de permettre à ce nouveau type de mobilité de continuer à se développer en toute sécurité, une nouvelle réglementation va voir le jour. Voici les points essentiels à retenir :

Règles générales
Au-delà des simples conseils de prudence, la loi mentionne désormais plusieurs interdictions comme le fait de circuler avec des écouteurs (ou tout appareil qui émet du son) et de transporter un passager. De plus, afin de protéger les plus jeunes, les enfants âgés de moins de 8 ans n’auront pas le droit de conduire une trottinette électrique.

Côté engin/trottinette électrique
Tout dépend du modèle de trottinette que vous possédez ! Selon le Code de la route actuel, tout véhicule dépassant les 25 km/h doit rouler sur la route, y compris les trottinettes électriques. Dans ce cas votre « engin » doit être homologué et immatriculé. S’il s’agit d’un modèle non homologué – le plus courant - sa vitesse maximale ne devra pas dépasser les 25 km/h. Elle devra être équipée d’un avertisseur sonore, de freins, de feux avant et arrière ainsi que de dispositifs rétro-réfléchissants.

Côté équipements
Si la visibilité n’est pas bonne (brouillard, pluie…) ou qu’il fait nuit, vous devrez porter un vêtement ou un équipement rétro-réfléchissant, même en ville. Si le port du casque n’est pas encore obligatoire pour les adultes - mais fortement recommandé afin d’être protégé en cas de chute -, les enfants de moins de 12 ans devront en porter un.

Côté circulation
La trottinette électrique sera interdite sur les trottoirs, à moins de la tenir à la main et sans moteur, ou que le maire les y autorise. Afin de ne pas risquer une amende de 135 euros, renseignez-vous bien auprès de la mairie de votre domicile ou de votre lieu de travail avant d’utiliser votre trottinette ! En agglomération, vous devrez emprunter les pistes cyclables. S’il n’y en a pas, vous pourrez rouler sur les routes limitées à 50 km/h. Hors agglomération, vous ne pourrez circuler que sur les voies vertes ou les pistes cyclables. Enfin, le stationnement de votre trottinette électrique est autorisé sur les trottoirs, à condition de ne pas gêner la circulation des piétons.

Trottinette électrique, souscrire une assurance pour se protéger et protéger les autres

La nouvelle réglementation vise à diminuer les risques d’accidents. Mais ces risques restent bien réels alors comment cela se passe-t-il quand vous avez un accident, si vous heurtez un véhicule ou un piéton ? Et si vous vous blessez, êtes-vous indemnisé ?
Vous l’ignorez peut-être mais dans la mesure où votre trottinette électrique possède un moteur, vous devez être assuré pour pouvoir l’utiliser ! Et si vous pensez que votre assurance habitation peut suffire à vous couvrir, c’est en réalité rarement le cas. En effet, la plupart des contrats d’assurances, via la garantie responsabilité civile (RC), ne prennent en compte que les trottinettes dont la vitesse n’excède pas 6 km/h, et à condition que votre assurance soit informée au préalable que vous ou l’un de vos enfants utilise une trottinette électrique. L’absence d’assurance peut avoir de lourdes conséquences, notamment en cas d’accident responsable. Si vous blessez un tiers, vous lui devrez réparation, qu’il s’agisse de dommages matériels ou corporels.
Le cas des trottinettes électriques en free-floating (que vous louez) n’échappe pas à la règle de l’assurance obligatoire. Mais contrairement à une idée reçue, tous les loueurs de trottinettes n’incluent pas nécessairement d’assurance dans leur contrat ! Si vous louez une trottinette électrique, pour vous ou l’un de vos enfants, pensez à vérifier le contrat que vous signez car il se peut que vous ne soyez pas couvert. Dans ce cas c’est votre assurance qui entre en jeu, à conditions d’en avoir une !
Pour éviter toute mauvaise surprise quand vous roulez en trottinette électrique, vous devez au minimum souscrire une responsabilité civile spécifique. Gardez bien à l’esprit que cette garantie ne couvrira que les dommages que vous pourriez causer à une autre personne, à un véhicule ou à un bien matériel mais pas si vous vous blessez. Si vous utilisez fréquemment votre trottinette électrique pour vous déplacer, et que vous souhaitez rouler en toute sérénité, pensez à la garantie supplémentaire « dommages corporels du conducteur ».

* Source : e-fpmm.fr
Pour en savoir plus

Débutant

Trottinette électrique : faire le bon choix

Au royaume des NVEI (Nouveaux Véhicules Électriques Individuels), la trottinette électrique est reine ! En quelques années, elle est devenue l’un des moyens de transport préférés des Français pour les petits trajets.

Découvrir

Assurance

Assurez-vous peu importe la trottinette utilisée !

Envie de se déplacer autrement, à la fois plus écologiquement et économiquement… Les modes de déplacement sont en pleine évolution. Les véhicules électriques gagnent du terrain, en termes de vente, de location ou encore de « free-floating ».

Découvrir